PERVITAL

 


btn-fiche-medicale.pngMédicaments de A à Z: Recherche par ordre alphabétique

PERVITAL Comprimé

Présentation : Boîte de 20
Distributeur ou fabriquant : GALENICA
Composition : Cyproheptadine Vitamines
PPM : 43.85 Dh

PERVITAL Sirop

Présentation : Flacon de 125 ml
Distributeur ou fabriquant : GALENICA
Composition : Cyproheptadine Vitamines
PPM : 24.75 Dh

 

 
Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

Traitement symptomatique des manifestations allergiques diverses :
- rhinite (saisonnière ou perannuelle),
- conjonctivite, 
- urticaire. 


Posologie PERvital Comprimé Boîte de 30

Voie orale.
RESERVE A L'ADULTE ET L'ENFANT DE PLUS DE 6 ANS.
- Adulte : 1 à 5 comprimés maximum par jour.
En général, 3 comprimés à répartir dans la journée.
- Enfant de plus de 6 ans : 2 à 3 comprimés à répartir en deux à trois prises par jour.
- Il convient de privilégier les prises vespérales en raison de l'effet sédatif de la cyproheptadine. 


Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- hypersensibilité à l'un des composants,
- risque de glaucome par fermeture de l'angle,
- risque de rétention urinaire liée à des troubles urétroprostatiques,
- antécédent d'agranulocytose.
- enfants de moins de 6 ans en raison du risque de fausse route avec la forme comprimé.
- En raison de la présence de lactose ce médicament n'est pas indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
DECONSEILLE :
- Ce médicament ne doit généralement pas être utilisé pendant la grossesse ni en cas d'allaitement :
. grossesse : les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet malformatif. En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de la cyproheptadine lorsqu'elle est administrée pendant la grossesse. Chez les nouveau-nés de mères traitées au long cours par de fortes posologies de médicaments anticholinergiques ont été rarement décrits : des signes digestifs liés aux propriétés atropiniques (distension abdominale...). Compte tenu de sa composante antisérotonine, à l'origine d'un effet utérotonique, l'utilisation de ce médicament est DECONSEILLEE tout au long de la grossesse.
. allaitement : il existe un passage faible, mais réel de la cyproheptadine dans le lait maternel. Compte tenu des possibilités de sédation ou d'excitation paradoxale du nouveau-né de la cyproheptadine, l'allaitement est déconseillé.
- La prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l'alcool (voir rubrique interactions) pendant le traitement est fortement déconseillée. 


Effets indésirables Pervital

- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
érythèmes, purpura.
- Affection du système immunitaire :
urticaire, oedème, plus rarement oedème de Quincke, 
choc anaphylactique.
- Affections du système nerveux :
sédation ou somnolence, plus marquée en début de traitement, 
incoordination motrice, tremblements,
troubles de l'équilibre, vertiges plus fréquents chez le sujet âgé, 
hypotension orthostatique,
effets anticholinergiques périphériques : (sécheresse des muqueuses, constipation, troubles de l'accommodation, mydriase, palpitations cardiaques, rétention urinaire, tarissement de la sécrétion lactée),
baisse de la mémoire ou de la concentration plus fréquente chez le sujet âgé.
- Affections hématologiques et du système lymphatique :
leucopénie, neutropénie, agranulocytose,
thrombocytopénie,
anémie hémolytique.
- Affections hépatobiliaires :
anomalies du bilan hépatique,
insuffisance hépatique,
ictère,
hépatite cholestatique et/ou cytolytique.
- Affections psychiatriques :
excitation, nervosité, insomnie, agitation, comportement agressif,
confusion mentale, hallucinations.
- Troubles du métabolisme et de la nutrition :
augmentation de l'appétit/prise de poids. 

Précautions d'emploi

- En cas de persistance ou d'aggravation des symptômes (détresse respiratoire, oedème, lésions cutanées...) ou de signes associés d'affection virale, la conduite à tenir devra être réévaluée.
- Tout patient doit être informé que l'apparition de fièvre, d'angine ou d'une autre infection impose d'avertir tout de suite le médecin traitant et de contrôler immédiatement l'hémogramme. En cas de modification franche de ce dernier (hyperleucocytose, granulopénie), l'administration de la cyproheptadine sera interrompue.
- En raison de la présence de lactose ce médicament n'est pas indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose, ou de déficit en lactase.
- La cyproheptadine doit être utilisée avec prudence :
. chez le sujet âgé présentant :
* une plus grande sensibilité à l'hypotension orthostatique, aux vertiges et à la sédation,
* une constipation chronique (risque d'iléus paralytique),
* une éventuelle hypertrophie prostatique ;
. en cas d'ulcère peptique sténosant et d'obstruction pyloro-duodénale.
. dans les insuffisances rénales sévères, en raison du risque d'accumulation.
- La prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l'alcool (voir rubrique interactions) pendant le traitement est fortement déconseillée.
- La cyproheptadine peut entraîner une réaction faussement positive des tests de recherche d'antidépresseurs tricycliques (exemple dans les urines et le sérum sanguin). 


Interactions avec d'autres médicaments

ASSOCIATION DECONSEILLEE :
Alcool :
Majoration par l'alcool de l'effet sédatif des antihistaminiques H1. L'altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l'utilisation de machines.
Eviter la prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l'alcool.
ASSOCIATIONS A PRENDRE EN COMPTE :
- Autres dépresseurs du système nerveux central :
Dérivés morphiniques (analgésiques, antitussifs et traitements de substitution) ; benzodiazépines ; barbituriques ; anxiolytiques autres que benzodiazépines ; hypnotiques ; neuroleptiques ; antidépresseurs sédatifs ; antihypertenseurs centraux ; baclofène ; thalidomide.
Majoration de la dépression centrale. L'altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l'utilisation de machines.
- Atropine et autres substances atropiniques (antidépresseurs imipraminiques, antiparkinsoniens anticholinergiques, antispasmodiques atropiniques, disopyramide, neuroleptiques phénothiaziniques) :
Addition des effets indésirables atropiniques à type de rétention urinaire, constipation, sécheresse des muqueuses.
- Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine :
Risque de diminution de l'efficacité de l'antidépresseur. 


Grossesse et allaitement

Grossesse : 
- Aspect malformatif (1er trimestre) :
Les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet malformatif.
En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de la cyproheptadine lorsqu'elle est administrée pendant la grossesse.
- Aspect foetotoxique (2ème et 3ème trimestres) :
Chez les nouveau-nés de mères traitées au long cours par de fortes posologies de médicaments anticholinergiques ont été rarement décrits : des signes digestifs liés aux propriétés atropiniques (distension abdominale...).
- Compte tenu de sa composante antisérotonine, à l'origine d'un effet utérotonique, l'utilisation de ce médicament est DECONSEILLEE tout au long de la grossesse.
Allaitement :
Il existe un passage faible mais réel de la cyproheptadine dans le lait maternel. Compte tenu des possibilités de sédation ou d'excitation paradoxale du nouveau-né de la cyproheptadine, l'allaitement est déconseillé. 


Effet sur la conduite de véhicules

- L'attention est appelée, notamment chez les conducteurs de véhicules et les utilisateurs de machines, sur les risques de somnolence attachés à l'emploi de ce médicament, surtout en début de traitement.
- Ce phénomène est accentué par la prise de boissons alcoolisées ou de médicaments contenant de l'alcool. 


Comment ça marche ?

- Le temps pour atteindre une concentration plasmatique maximale en cyproheptadine après administration par voie orale est de 6 à 9 heures. La demi-vie d'élimination est comprise entre 10 et 15 heures. Le métabolisme consiste en une déméthylation suivie d'une oxydation et d'une hydroxylation, puis d'une sulfoconjugaison. L'élimination par voie rénale représente 2/3 à 3/4 de la clairance totale. Environ 5% de la quantité de cyproheptadine administrée est retrouvée sous forme inchangée dans les urines.
- Variation physiopathologique : l'élimination étant diminuée chez les insuffisants rénaux, il existe un risque de surdosage chez ces patients. 

 

Pharmapress est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.Veuillez nous signaler toute erreur ou information incomplète.Merci

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau